1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 08:00

 

En cette période de vacances il est permis de rêver à la « pêche au gros ».

Sans établir un état des lieux exhaustif de la population des grands poissons de la baie (les ouvrages spécialisés ne manquent pas sur internet) nous vous proposons d’aborder le sujet par quelques rappels descriptifs concernant ces animaux marins plus ou moins familiers, puis nous citerons quelques faits anciens et récents qui accréditent leur présence sur nos côtes.

 

 

Un peu d’ordre

D’abord, le terme « poisson » est impropre car il s’agit de « cétacés » ; des mammifères aquatiques qui respirent comme nous et qui ont pour ancêtre un animal terrestre.

 

Pour clarifier la population des cétacés considérons les deux sous-ordres suivants :

- Les Odontocètes qui ont des dents. On y trouve les bélugas (ou belougas), cachalots, orques (ou épaulards), dauphins, marsouins, narvals et globicéphales.

Ils possèdent tous, comme les chauves-souris, cette rare faculté d’écholocalisation acoustique qu’ils utilisent à la manière d’un sonar.

- Les Mysticètes qui portent des fanons. Ce sous-ordre regroupe toutes les baleines, dont la plus petite, la baleine pygmée, mesure 5m pour un poids de 2 Tonnes et la plus imposante, la baleine bleue (ou rorqual bleu) qui dépasse les 30m pour plus de 150 Tonnes.

 

Les phoques (Phocidés, ordre Carnivora) sont des animaux terrestres qui ont des pattes en forme de nageoires (pinnipèdes). Ils ne peuvent vivre au large car il leur faut revenir à terre. Les représentants les plus communs en baie sont le phoque commun (ou veau-marin) et le phoque gris.

 

 

Globicéphales, dauphins et marsouins

Globicéphales noirs, marsouins et dauphins sont les cétacés les plus représentés dans le golfe normand-breton auquel appartient la baie de Saint-Brieuc.

 

 

 

Globicéphale noir

Globicéphale noir

Le globicéphale (ou dauphin-pilote) de la famille du dauphin, possède un front bombé très caractéristique. Sa taille moyenne est de 4 à 5 m. Très sociable il se déplace en bandes.

 

On ne présente plus les dauphins communs (taille moyenne 2 m ; 3m pour le Grand dauphin) qui depuis quelques dizaines d’années affirment leur présence sur nos côtes, poussant même l’amabilité jusqu’à nous rendre visite dans les ports. Ils accompagnent volontiers les bateaux, même à grande vitesse, avec des bonds et une agilité qui nous surprennent. Comme les marsouins ils chassent en groupe et sont de redoutables prédateurs.

On leur attribue une pêche coopérative où chaque individu contribue à l’encerclement des bancs de poissons pour les conduire vers un haut fond ou le rivage. Ceci expliquerait l’échouement massif des bancs de maquereaux sur les plages, comme cela fut parfois observé. Notons que ce phénomène se manifeste aussi lorsque les maquereaux chassent en masse la menuse dans les rouleaux de la plage.

 

Le marsouin (ou cochon de mer) se distingue du dauphin par sa taille moyenne de 1,5 m  et par son museau plus court. Ils affectionnent les eaux tempérées et peu profondes.

Marsouin

Marsouin

Les marsouins, bien répandus en baie au siècle dernier, semblent moins présents aujourd’hui. Ils ne s’approchent pas des bateaux et sont difficiles à observer.

Ils n’ont pas une très bonne réputation parmi les pêcheurs professionnels qui voient en eux de redoutables concurrents. Ils chassent en bande, avec l’exubérance d’un groupe de joyeux dauphins. Inutile de pêcher dans leur environnement.

Dans le passé, considérés comme nuisibles, ils furent aussi chassés pour leur viande.

 

 

Le béluga,  la grande confusion !

 

(Beluga - photo Stan Shebs - Wikipedia)

(Beluga - photo Stan Shebs - Wikipedia)

Le béluga (la baleine blanche) n’a jamais fréquenté la baie, ni d’ailleurs la Manche. Pourtant, pendant longtemps ce nom fut utilisé par les côtiers de notre région pour désigner indifféremment les marsouins et les dauphins.

Pourquoi cette confusion ?

 

Le béluga est un cétacé des mers froides (océan Arctique) pouvant atteindre 6m de long. Sa peau entièrement blanche le rend très reconnaissable.

Au début du XXème siècle au Canada, les bélugas du Saint-Laurent furent rendus responsables de la diminution des stocks de morues et saumons. En 1920 une grande campagne de chasse intensive avec primes à l’appui fut déclenchée. Elle se poursuivit jusqu’en 1946.

Nos terre-neuvas ne devaient pas l’ignorer. Est-ce la raison pour laquelle on prit l’habitude, partout sur nos côtes, de considérer tous les cétacés locaux comme des bélugas nuisibles et d’organiser des parties de chasse « au gros » pour les touristes qui appréciaient beaucoup ?

 

 

Une belle prise

C’est dans ce contexte que le bateau pilote « Général Charet » de Dahouët (il n’était pas le seul) se lança à la « pêche au gros » pour touristes :

 

Ouest-Eclair – 26 Juillet 1931 

« St- Quay-Portrieux

POISSON MONSTRE. - M. Touzé, pilote à Dahouët à bord du bateau « Général Charet » , a tué au fusil porte-harpon un poisson monstre dénommé Béluga, de 3m.50 de long, 1 m.78 de circonférence et pesant 410 kilogs.

Avec l'autorisation de la municipalité, ce poisson a été exposé, le 22 juillet, pendant un certain temps, dans le port de Portrieux, où de nombreux touristes ont pu le voir et recevoir du hardi pilote, M. Touzé, les explications sur la façon de capturer ces destructeurs de petits poissons. »

 

Collection APMD

Collection APMD

Comme on le voit, il ne s’agit pas d’un beluga mais plus vraisemblablement d’un Grand dauphin.

 

Les encarts publicitaires ci-dessous témoignent de cette activité halieutique organisée à Dahouët en belle saison  pour les touristes :

 

Annuaire GUYON 1927

Excursions et Promenades en mer par la Vedette « Ecume»

Mammifères marins en baie de Saint-Brieuc

Annuaire GUYON 1936

Excursions et Promenades en mer par la Vedette « Général Charet »

Mammifères marins en baie de Saint-Brieuc

Pêche à la baleine

La baleine, à moins d’accident, ne fut jamais présente dans la baie de Saint-Brieuc et si nous en parlons ici, c’est pour signaler que Binic fut le seul port baleinier des Côtes-du-Nord.  Deux navires baleiniers furent armés par un armateur binicais : « l’Entreprenant » en 1833, capitaine Guillaume Jacques Le Guen, et le « Persévérant » en 1838, capitaine Yves Marie Augustin Duval. L’équipage était vraisemblablement d’origine côtière, de Paimpol à Saint Brieuc.

(Journées du Patrimoine en Septembre 2012 à Binic)

 

 

Baleines et Orques dans la baie

Très récemment, le 28 juin 2015, deux orques (épaulards) ont été observés par un plongeur expérimenté, à 400m au large des Rosaires en Plérin.

Le fait est rare mais pas étonnant. Des orques ont été signalés deux ans auparavant en baie du Mont Saint Michel par la SNSM ainsi qu’aux Ecréhou près de Jersey.

Le 27 Juin 2020 une baleine est observée et filmée dans l'Anse de Paimpol, au large de Port Lazo. Après 45 minutes d'observation le cétacé a repris sa route vers le large.

L'évènement rarissime fut largement rapporté dans la presse locale et nationale.

 

 

Les phoques prennent le soleil
Les phoques communs (ou veau-marin) et les phoques gris sont présents dans nos eaux sans être encore très répandus ; les colonies reproductrices importantes étant aux Sept Îles , dans les îles Anglo-Normandes et dans la baie du Mont Saint-Michel pour les plus proches.

On les observe facilement, mais de loin, sur le sable des grandes baies mais aussi en mer, quand ils se prélassent comme des baigneurs sur les îlots rocheux. Ils ne dédaignent pas les installations humaines non occupées tels les plongeoirs flottants, voire les embarcations au mouillage. On les retrouve parfois dans les bassins des ports, restant de longs moments immobiles, la tête seule émergeant au soleil.  Malgré cette familiarité apparente, il est très difficile de les approcher en mer et à la nage ; ce qui d’ailleurs n’est pas recommandé pour éviter toute réaction inattendue de leur part.

 

 

Echouage de cétacés et phoques

La présence des cétacés et des phoques dans les Côtes d’Armor est  régulièrement, et tragiquement, confirmée par les échouages collectifs sur nos plages, sans que les causes soient totalement élucidées.

On note ainsi au hasard des brêves de journaux :

 

Janvier 1812 : 70 globicéphales noirs échoués à Ploubazlanec

Janvier 1834 : 29 globicéphales noirs échoués à Pleubian

Dans les années 1970 : Une quarantaine de globicéphales noirs échoués à Pont-Rouault (sous Jospinet)

Janvier 1979 : 11 dauphins échoués à Tréguier

Mai 1984 : 12 dauphins échoués à l’Île de Bréhat

Avril 2000 : Un marsouin échoué sur la plage de la Banche à Binic. Remis à l’eau et sauvé.

Février 2002 : 50 dauphins échoués à Larmor-Pleubian

Mars 2006 : Un marsouin échoué sur la plage du Rocher Martin en Plérin.

Janvier 2014 : Un jeune phoque gris échoué à St Cast Le Guido. Les échouages de jeunes phoques gris sont fréquents. Ces animaux exténués, malmenés par les tempêtes hivernales, proviennent vraisemblablement des colonies établies aux îles Anglo-Normandes.

3 Septembre 2015 : Tout récemment une correspondante du blog nous signalait, photo à l’appui, l’échouage d’un jeune globicéphale mort, sur la plage du Val-André coté Murs Blancs :

 

Globicéphale échoué au Val-André le 3/9/2015 - Photo Martine Lamotte

Globicéphale échoué au Val-André le 3/9/2015 - Photo Martine Lamotte

Protection des mammifères marins

Tous les mammifères marins cités dans cet article sont concernés par l’Arrêté du 1er Juillet 2011 fixant la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national et les modalités de leur protection.

JORF n°0171 du 26 juillet 2011 page 12708  - texte n° 8 

 

D.C.

 

__________________

NB : Si vous avez des documents concernant l’activité estivale de « pêche au gros », merci de nous les faire partager en prenant contact avec nous.

Nous recherchons également toute information concernant les pêcheurs baleiniers de la baie.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Atelier du Patrimoine Maritime de Dahouët
  • : Bienvenue sur le blog de l'association "Atelier du Patrimoine Maritime de Dahouët" (Pléneuf-Val-André - 22370) - Installé sur le port, dans l'ancien bureau des Douanes, l'atelier a pour objectifs l'étude et la conservation de l'histoire du port de Dahouët et de la baie de Saint Brieuc, tant au point de vue matériel qu'humain.
  • Contact

Collections

L'atelier, qui possède une importante collection d'objets et de souvenirs, est toujours en quête d'éléments nouveaux pour compléter sa base de données et appuyer ses recherches. Si vous pouvez nous aider, merci de bien vouloir nous contacter.

Recherche