6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 15:56

La navigation à l'estime est pratiquée par les navigateurs lorsque les moyens visuels (visées côtières, point astronomique) ou électroniques (gonio, radar, GPS ...) ne permettent plus le recalage précis et absolu de la position. Il s'agit alors d'estimer la position en se basant sur des  paramètres mesurables à bord tels que le temps écoulé depuis le dernier point connu (chronomètre, sablier), la route suivie (compas corrigé de la dérive), la  vitesse (loch), la dérive du vent (sillage), la hauteur d'eau (sonde),  et en s'aidant des documents nautiques concernant la zone  présumée : cartes (lignes de sonde, courants), tables et annuaires de marées...

 

Parmi tous ces paramètres la vitesse, la route suivie (le cap) et l’heure sont indispensables pour entretenir l’estime et nécessitent un enregistrement régulier. Au temps des grands voiliers le renard, instrument simple et rustique, remplissait pleinement cette fonction. Il était utilisé par l'homme de barre ou de quart.

 

Le renard est un instrument de navigation destiné à enregistrer à chaque demi-heure (8 fois par quart de 4 heures) les paramètres nécessaires à la tenue de l’estime : le cap, la vitesse du navire et l’heure de l’enregistrement. 

      RENARD--3-.jpg

Il se compose d’une planchette en bois percée de trous dans lesquels on insère des chevilles en bois maintenues par des ficelles.  (voir photos). 

 

Le disque des caps est divisé, telle la rose du compas, en 32 quarts de 11,25 degrés chacun (on préférait à l’époque la notation de quart à celle de degré). Sur chacun des 32 rayons de la rose des caps étaient disposés 8 trous destinés à recevoir une cheville. L’enregistrement du cap consistait donc à placer la cheville à l’intersection du cap réellement suivi (la plus proche des 32 directions) et de l’un des 8 trous du rayon représentant la demi-heure courante (on partait généralement du centre et à la fin des 4 heures de quart la dernière cheville se trouvait en périphérie du disque).

 RENARD (1)

 

Le tableau des vitesses est un simple quadrillage sur lequel les vitesses en noeuds sont disposées horizontalement (une cheville entre 1 et 10 noeuds). Eventuellement une deuxième cheville précise la partie fractionnaire de la mesure, exprimée en ¼ de nœud. Les 3 derniers emplacements en bout de ligne sont destinés à cet effet. 

L'axe vertical représente le temps. L'enregistrement de la vitesse étant réalisé chaque heure, il faut donc 4 lignes d'enregistrement par quart de 4 heures. 

 RENARD (2)

 

A la fin du quart, le navigateur vient consulter le renard, et consigne dans le livre de bord, les 8 enregistrements de cap et de vitesse du navire durant les quatre dernières heures de marche. Il retire alors les chevilles du renard et le restitue à l'homme de quart.

D.C.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Atelier du Patrimoine Maritime de Dahouët
  • : Bienvenue sur le blog de l'association "Atelier du Patrimoine Maritime de Dahouët" (Pléneuf-Val-André - 22370) - Installé sur le port, dans l'ancien bureau des Douanes, l'atelier a pour objectifs l'étude et la conservation de l'histoire du port de Dahouët et de la baie de Saint Brieuc, tant au point de vue matériel qu'humain.
  • Contact

Collections

L'atelier, qui possède une importante collection d'objets et de souvenirs, est toujours en quête d'éléments nouveaux pour compléter sa base de données et appuyer ses recherches. Si vous pouvez nous aider, merci de bien vouloir nous contacter.

Recherche